Interview de Lars Klûver, Directeur du Danish Board of Technology

15/05/2013

Le 25 mai 2013 se tiendra l’organisation d’une consultation citoyenne dans 14 régions de France dont l’outre-mer. De 100 à 150 personnes par région, tirées au sort, seront invitées à donner leur avis à partir des grands thèmes du débat sur la transition énergétique.

Cette journée est organisée selon la méthode originale du Danish Board. Lars Klûver, Directeur du Danish Board of Technology nous la présente.

A propos du Danish Board of Technology Foundation La fondation Danish Board est une fondation à but non lucratif. Elle remplace depuis 2012 le Danish Board of Technology, organisme public danois, qui dispensait depuis 1985 des études et des conseils dans le domaine de la science au parlement danois. Le principe de la Fondation est de mobiliser des experts, des citoyens et des parties prenantes pour fournir des recommandations aux décideurs.

Qu’est-ce que le Danish Board ?

Lars Klûver

Face à la mondialisation des marchés, des technologies, des questions environnementales, les membres du Danish Board veulent remettre le citoyen au cœur des débats et les rapprocher de l’élaboration des politiques. Notre méthode est la première à développer un principe de participation à l’échelle mondiale. L’idée est de mobiliser des citoyens, partout dans le monde, pour débattre des mêmes questions, en même temps. Nous avons organisé déjà deux journées mondiales : en 2009 sur le réchauffement climatique (World Wide Views on Global Warning) et une deuxième en 2012 sur la biodiversité (World Wide Views on Biodiversity).

Comment fonctionne cette méthode ?

Lars Klûver

Le principe est d’organiser une seule journée, simultanément dans plusieurs régions du monde ou d’un pays pour débattre des mêmes questions. Concrètement, environ 100 citoyens par entité géographique sont contactés pour donner leur avis, un jour précis, sur des mesures à intégrer dans un accord mondial sur le changement climatique. Chaque personne reçoit préalablement des informations sur le sujet, les plus neutres possibles, pour se forger une opinion. Les 100 citoyens se réunissent ensuite un jour donné, le même partout dans la zone géographique concernée. Ils se mettent par groupe de 4 à 7 personnes avec un facilitateur et débattent de questions qui leur sont posées le jour même. Ensuite ils donnent leur avis. Les résultats sont révélés le soir.

Quelles sont les clés de réussite d’une telle méthode ?

Lars Klûver

Le succès de ces journées repose avant tout sur la qualité de l’organisation et le savoir faire des organisateurs. Cela tient autant à la qualité des questions posées, au socle de connaissance fourni, qu’à la sélection des participants (qui doit refléter la diversité démographique). Et avant tout, ces journées doivent paraître crédibles aux yeux des décideurs. Nous ne soutenons pas la démocratie directe mais nous portons à leur connaissance le point de vue des citoyens. Plus ils le prendront en compte, mieux leur politique sera acceptée par le plus grand nombre.

La région Nord-Pas-de-Calais, une expérience de participation Du 8 au 19 octobre 2012, la convention internationale sur la diversité biologique s’est tenue en Inde à Hyderabad. Pour y porter la voix des citoyens, un « sondage délibératif » avait été organisé en simultané dans 34 lieux à travers le monde. En France, deux Régions  se sont portées volontaires pour le relayer : La Réunion et le Nord-Pas-de-Calais. Ainsi dans 25 pays dans le monde, des groupes de citoyens représentatifs de la diversité de la planète se sont réunis toute la journée du 15 septembre 2012, pour s’informer et débattre des enjeux de la biodiversité au niveau mondial et exprimer leur opinion sous forme de vote. Ce débat a rassemblé dans le Nord-Pas-de-Calais 50 citoyens volontaires, venus des quatre coins de la région. Les résultats régionaux ont fait l’objet d’une première restitution lors des assises de la biodiversité à Grande-Synthe les 27 et 28 septembre 2012. Les résultats mondiaux, disponibles sur biodiversity.wwviews.org, ont été présentés lors de la Conférence des Parties à la Convention des Nations unies sur la biodiversité à Hyderabad en Inde en octobre 2012. Un des citoyens ayant participé au débat a accompagné une délégation d’élus régionaux qui s’est rendue en octobre à Hyderabad pour y faire entendre la voix des citoyens du Nord-Pas-de-Calais.

 

 

Lire aussi

15/10/2013

Le document de synthèse nationale du débat a été remis officiellement lors de la conférence environnementale qui s’est tenue les 20 et 21 septembre derniers. Prochaine étape : le projet de loi sur la transition énergétique...

20/07/2013

Le jeudi 18 juillet s'est tenue la 9ème séance plénière du Conseil national du Débat national sur la transition énergétique....

12/07/2013

Directeur évaluation des politiques publiques, Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie (Credoc)
« Le plus important, c’est de passer d’une vision individuelle à une vision collective. »...

08/07/2013

Un séminaire s'est tenu le 8 juillet 2013 à l’université Paris Dauphine sur la synthèse des débats territoriaux en présence de Philippe Martin, Ministre de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie....

Pages